04 mai 2017 ~ 0 Commentaire

Incurable de l’espérance

D’abord il y eut le baptême de Clovis roi des Francs, puis, par tache d’huile ou effet chrême, le premier sacrement mena au sacre. Rite qui élevait le roi de France au dessus de la mêlée, qui en faisait un personnage sacré. Selon la tradition, le roi tenait son pouvoir de Dieu.

De grands personnages qui s’illustrèrent après la révolution française héritèrent miraculeusement de ce droit divin. Bonaparte par exemple, pas encore empereur, eut cette corde monarque à son arc quand il guérit les pestiférés de Jaffa.

Antoine-Jean_Gros_-_Bonaparte_visitant_les_pestiférés_de_Jaffa

Depuis la Vème république et l’avènement de la « monarchie présidentielle », la sur-personnalisation du vote entretient cette figure de l’homme providentiel. Seul François Hollande décroche la timbale avec son contre-pied de la normalité.

francois-hollande-sur-son-scooter

Globalement, donc, réussir une campagne présidentielle, c’est trouver un costume de super-héros qui aille comme une seconde peau, et qui fasse croire qu’on peut être le sauveur. Le score de la « France Insoumise » aurait-il été aussi bon sans son charismatique leader ? Pas certain que j’eusse choisi cette couleur si elle n’était pas liée au nom Mélenchon.

Aïe…aïe…pourtant, je me méfie des politiques qui se présentent comme l’homme/femme de la situation. C’est un grand classique de l’arnaque : alors que la France souffreteuse présente son écrouelle, le citoyen a droit à un toucher rectal.

Comme quoi, je ne me défais pas aisément du mythe du magicien d’Etat. Car je suis un « incurable de l’espérance ».

Quid des finalistes du débat d’hier soir ?

Le Pen est bien l’héritière d’un parti qui fonctionne comme une monarchie.

Mais, après sa prestation cathodique pas très catholique, elle entretient des liens spirituels plus étroits avec le démon qu’avec Dieu.

Faut s’appeler « Philippot-pipeau » pour affirmer sans sourciller que Marine a été excellente. Elle n’a jamais été classe, et hier soir elle a été particulièrement vulgaire et grossière. Avec des allures de sorcière ricanant. Elle réussit en une soirée à se re-diaboliser.

Au second tour, ce sera plus que jamais le ni-ni du « Canard » : « Ni Marine, ni Le Pen ! »

nini

Quant à Macron, il a quelques gouttes de sang bleu marine roi. Je ne reprends pas la sanglante invective frontiste selon laquelle il est « un bébé Hollande, un Hollande Junior ». J’observe plutôt dans mon microscope macro(n)-maniaque, quelques globules « Royal ». En effet, quand il évoque pour la police « le pouvoir d’amende sur les délits du quotidien sans réponse pénale, comme sur les délits routiers », je pense à la proposition de la candidate PS de 2007 qui promettait de faire raccompagner chez elles toutes les femmes policières ; je me dis : « Sego, sors de ce corps. »

Sans ça, Macron fait sensation. Contre toute attente, la petite tête dodelinante du Kennedy Français tient tête au bulldozer frontiste. Contre toute attente, Macron le démonte en pièces détachées.

Alors, convaincu par le nouvel homme providentiel ?

macronbonaparte (MAJ : Le canard enchaîné du 10 mai)

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Garder le fil d'Ariane |
Une craie dans la poche |
Florine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'actu du 19
| Brides de vie
| Au pays des lacs